Le dogme de l'Assomption

«L'Eglise se presse lentement», dit l'adage faisant référence à la sagesse avec laquelle l’Épouse du Christ va explicitant sa doctrine au fil des siècles.  Ainsi, près de 2000 ans ont passé avant que ne soit proclamé en 1950, durant le pontificat du Pape Pie XII, le dogme de l'Assomption de Marie aux Cieux.

 

Cette vérité magnifique de la Foi, appuyée sur la Révélation, se justifie par l'admirable formule de Saint Augustin : : «Poterat, volevat, ergo fecit» — Dieu le pouvait, le voulait, et donc il l'a fait. Que pouvait en effet souhaiter davantage Jésus-Christ que d'honorer ainsi Sa Mère, celle-là même qui, en acceptant l'Incarnation, a ouvert à toute l'humanité le portes du Ciel ? Le Pape Pie XII explique ceci dans le texte ci-dessous :

 

"Tous ces arguments et considérations des Saints Pères et des théologiens s’appuient sur les Saintes Lettres comme sur leur premier fondement. Celles-ci nous proposent, comme sous nos yeux, l’auguste Mère de Dieu dans l’union la plus étroite avec son divin Fils et partageant toujours son sort. C’est pourquoi il est impossible de considérer Celle qui a conçu le Christ, l’a mis au monde, nourri de son lait, porté dans ses bras et serré sur son sein, séparée de lui, après cette vie terrestre, sinon dans son âme, du moins dans son corps. Puisque notre Rédempteur est le Fils de Marie, il ne pouvait certainement pas, lui qui fut l’observateur de la loi divine le plus parfait, ne pas honorer, avec son Père éternel, sa Mère très aimée. Or, il pouvait la parer d’un si grand honneur qu’il la garderait exempte de la corruption du tombeau. Il faut donc croire que c’est ce qu’il a fait en réalité.

 

Il faut surtout se souvenir que, depuis le IIe siècle, les Saints Pères proposent la Vierge Marie comme une Eve nouvelle en face du nouvel Adam et, si elle lui est soumise, elle lui est étroitement unie dans cette lutte contre l’ennemi infernal, lutte qui devait, ainsi que l’annonçait le protévangile (Gen 3, 15), aboutir à une complète victoire sur le péché et la mort, qui sont toujours liés l’un à l’autre dans les écrits de l’Apôtre des Nations (Rom 5-6 ; I Cor. 15, 21-26, 54-57.)

 

C’est pourquoi, de même que la glorieuse Résurrection du Christ fut la partie essentielle de cette victoire et comme son suprême trophée, ainsi le combat commun de la Bienheureuse Vierge et de son Fils devait se terminer par la « glorification » de son corps virginal ; car, comme le dit ce même Apôtre, « lorsque ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : la mort a été engloutie dans sa victoire » (I Cor 15, 54).

 

(...) Alors, puisque l’Eglise universelle, en laquelle vit l’Esprit de vérité, cet Esprit qui la dirige infailliblement pour parfaire la connaissance des vérités révélées, a manifesté de multiples façons sa foi au cours des siècles, et puisque les évêques du monde entier, d’un sentiment presque unanime, demandent que soit définie, comme dogme de foi divine et catholique, la vérité de l’Assomption au ciel de la Bienheureuse Vierge Marie — vérité qui s’appuie sur les Saintes Lettres et ancrée profondément dans l’âme des fidèles, approuvée depuis la plus haute antiquité par le culte de l’Eglise, en parfait accord avec les autres vérités révélées, démontrée et expliquée par l’étude, la science et la sagesse des théologiens, — nous pensons que le moment, fixé par le dessein de Dieu dans sa Providence, est maintenant arrivé où nous devons déclarer solennellement cet insigne privilège de la Vierge Marie (...)

 

(...) C’est pourquoi, après avoir adressé à Dieu d’incessantes et suppliantes prières, et invoqué les lumières de l’Esprit de vérité, pour la gloire du Dieu Tout-Puissant, qui prodigua sa particulière bienveillance à la Vierge Marie, pour l’honneur de son Fils, Roi immortel des siècles et vainqueur de la mort et du péché, pour accroître la gloire de son auguste Mère et pour la joie et l’exultation de l’Eglise tout entière, par l’autorité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, des bienheureux apôtres Pierre et Paul, et par la Nôtre, Nous proclamons, déclarons et définissons que c’est un dogme divinement révélé que Marie, l’Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste.

 

 C’est pourquoi, si quelqu’un — ce qu’à Dieu ne plaise — osait volontairement nier ou mettre en doute ce que Nous avons défini, qu’il sache qu’il a fait complètement défection dans la foi divine et catholique.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Lavigne Brigitte (vendredi, 19 août 2016 14:04)

    comme le Ciel devait attendre ce dogme depuis longtemps!

  • #2

    Andrée (samedi, 12 août 2017 15:54)

    Je te rends Grâce SEIGNEUR de nous avoir donné la Très Sainte Vierge MARIE qui, dans Son AMOUR pour TOI, et, pour nous, a donné Son OUI pour porter en Son Sein, NOTRE SAUVEUR, TON FILS Bien-Aimé : JESUS CHRIST. AMEN.